Y a-t-il un lien entre maux de dos chroniques et dépression?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Cette question mérite qu’on s’y attarde attentivement. La coexistence d’un mal de dos chronique et d’une dépression chez une personne représente une combinaison qui peut mener à des conséquences désastreuses! Selon une étude portant sur près de 120 000 canadiens[1], 2 % d’entre eux (1,8 % pour être précis) souffriraient à la fois d’une dépression majeure et d’un mal de dos chroniques, c’est énorme!

La poule ou l’œuf?

Souffre-t-on d’un mal de dos chronique parce qu’on fait une dépression ou l’inverse? Il semble que la dépression soit une conséquence de la douleur chronique. Par contre, quelques études tendent aussi à démontrer qu’une période prolongée de dépression pourrait mener à des maux de dos chroniques.

L’explication la plus répandue pour expliquer le lien entre les deux conditions pointent vers les répercussions collatérales d’un mal de dos récalcitrant. Il semble que la dépression s’installe suite aux nombreuses perturbations que le mal de dos entraine sur une période prolongée :

  • Une difficulté à dormir s’installe et amplifie la fatigue, tout en rendant plus irritable avec l’entourage.
  • Puisque la douleur diminue de façon importante les activités, les personnes sont souvent confinées à la maison et isolées. C’est l’isolement social.
  • Parfois cette réduction des activités a des répercussions au niveau professionnel et interfère financièrement sur le bien être de la famille.
  • Pour calmer la douleur, une prise régulière d’anti-inflammatoires crée une détresse gastro-intestinale qui dérange et inquiète.
  • La douleur possède un effet « exaspérant » qui entrave la capacité de concentration et la mémoire.
  • La diminution des activités sexuelles entraine fréquemment des tensions sur le couple.

Toutes ces répercussions favorisent des émotions de désespoir, de perte d’intérêt généralisée, une diminution de l’estime de soi et l’implantation d’idées négatives qui sont caractéristiques d’une dépression.

Des chiffres alarmants!

À la lumière de cette réflexion, il n’est donc pas surprenant de constater que la dépression majeure frappe 5,9 % des personnes n’éprouvant pas de douleur, contre 19,8 % (certains parlent même de 25%[2]!) de ceux qui souffrent de douleurs chroniques au dos.

Selon l’étude citée précédemment, de toutes les variables analysées, le mal de dos chronique représente le facteur le plus favorisant de la dépression. Une personne qui souffre de maux de dos chronique a 6,2 fois plus de chance de souffrir d’une dépression qu’une personne saine physiquement.

Le syndrome du mal de dos chronique

Même si le mal de dos n’est pas un maladie en soit mais bien un symptôme, de plus en plus de chercheurs parlent du « syndrome de la lombalgie chronique » car les implications sont beaucoup plus étendues que la colonne vertébrale!

Il est donc primordial pour les patients de trouver le traitement le plus approprié et le plus efficace pour leur maux de dos chroniques, car cette situation peut avoir des conséquences catastrophiques si elle est mal gérée.

Dr Yves Bélanger
Chiropraticien D.C.
Cofondateur Cliniques du dos Zéro Gravité


[1] Currie SR, and Wang J. Chronic back pain and major depression in the general Canadian population. Pain. 2004;107:54-60.

[2] Patton S, Juby H. Profil de la dépression clinique au Canada. Réseau des centres de données de recherche ; Série de synthèses de rechercheNo 1; février 2008

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »